Un an déjà...

Texte d'un Maître à sa soumise, bilan d'une année de relation...

Un an, déjà, notre première année,
que de chemin parcouru...

Un an que tu es entrée dans ma vie, je ne t’attendais pas, je ne savais pas que je te cherchais, je ne savais pas, pas encore que je t’attendais.
Tu es arrivée sur la pointe des pieds, tu ne demandais pas beaucoup, juste un peu d’attention.
Je t’ai vu si fragile, je t’ai vu si douce, rebelle sûrement mais ne demandant qu’à t’incliner.
Et puis tu as parlé, tu as parlé encore, petit à petit tu t’es confiée, et plus tu parlais plus je prenais conscience que quelque part tu étais déjà un peu mienne.
J’ai découvert une soumise en attente, qui ne savait pas vraiment ce qu’elle attendait, mais qui était déjà pleine de convictions, débordante de volonté, tumultueuse souvent.
Alors j’ai commencé par vouloir te changer, non pas changer ta personnalité, mais changer ta manière de vivre, doucement par petites touches j’ai pris plaisir à mettre un minimum d’ordre dans ton quotidien. Oh pas grand-chose, trois fois rien même, juste de nouvelles habitudes pour une vie un peu plus saine. Je n’aime pas que tu ne prennes pas soin de ta santé, je n’aime pas que tu fasses comme si le futur n’avait pas d’importance, et que seul compte le moment présent.
Tu as accepté ces contraintes, tu t’es pliée à mes demandes, oh certes en renâclant souvent, mais tu as fini par le faire.

Un an, déjà, notre première année,
que de chemin parcouru...

fessée

Tu es si jolie, mais je te voyais différente, je t’imaginais, alors j’ai décidé de changer ton apparence, MA soumise se devait d’exprimer toute la féminité que je sentais en elle.
Il m’a fallu la convaincre de s’habiller différemment, de choisir des vêtements autres.
Les pantalons ont disparu, et ta garde robe s’est transformée, le papillon a fendu la chrysalide et pris son envol.
Alors j’ai pu commencer ton éducation, celle d’une soumise amoureuse de sa liberté et de son indépendance, beau chalenge à honorer, mais investissement quotidien indispensable.
Nos premières séances sont encore fraîches dans ma mémoire, petit animal rebelle qu’il m’a fallu non pas dompter mais apprivoiser peu à peu, sans jamais l’effaroucher.

Un an, déjà, notre première année,
que de chemin parcouru...

Toi qui pouvais douter si facilement, toi qui refusais presque de te dénuder, de me montrer ton corps, moi qui voulais m’emparer de ton intimité de femme, de toute ton intimité, de chaque parcelle de ce corps.
Que de rébellions à affronter, mais seule la victoire est jolie !
Je t’ai appris que tu étais déjà belle, je t’ai montré que le regard des autres te rendrait encore plus belle.
Je t’ai vu apprendre lentement à t’accepter, à m’accepter lorsque je te voulais nue toute à moi, à te donner librement, à m’offrir ta féminité sans restriction, à te montrer telle que tu es.
Tu as su que tu pouvais être libre avec ton corps, libre de ton corps sous les regards, celui de ton Maître et ceux des autres.

Un an, déjà, notre première année,
que de chemin parcouru...

Tu connaissais la douleur, tu l’avais déjà côtoyée, nous l’avons apprivoisée ensemble, lentement, sans rien brusquer.
Doucement tu as découvert qu’au-delà de la douleur il y a aussi le plaisir et qu’il ouvre des portes inconnues.
Du plaisir est né le désir, le désir d’aller plus loin dans la souffrance, pour toi, pour moi, pour nous, ensemble encore et toujours dans notre passion partagée.
Après t’être abandonnée encore une fois, tu as pleuré sous mes coups…………..enfin !

Un an, déjà, notre première année,
que de chemin parcouru...

Ensemble nous cheminerons… Pour ton Maître tu te dépasseras encore, tu m’offriras le spectacle, cher à mon cœur, des marques qui ombrent ta peau.
Tu continueras de porter fièrement mes couleurs.
Tu accepteras mes punitions, toutes mes punitions.
Tu peindras le tableau de ta soumission librement consentie.

Ton Maître

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009