Quatre ans déjà

J’ai envie de vous écrire, je ne le fais pas assez souvent, pourtant, je trouve important de vous confier mes ressentis autrement qu’oralement, les traces qui restent de nos écrits servant de mémoire à notre histoire, que je prends plaisir (et je suis sûre que vous aussi !) à relire de temps en temps.

anniversaire bdsm

Voilà presque quatre ans, nous nous sommes connus, rencontre improbable favorisée par des évènements que nous n’avions pas prévus. Et pourtant, rapidement, nous avons senti l’un et l’autre qu’elle pouvait nous apporter beaucoup de satisfaction, l’avenir nous a prouvé que nous étions bien en deçà de nos prévisions.

Quatre ans… quatre ans de partage, de bouillonnements, de rires, de chagrins, parfois. De ce qui fait que la vie se pare de couleurs, à tel point que même le quotidien a quelque chose de rassurant.

Nous aurions pu finir par tourner en rond, car finalement, même une relation BDSM peut s’enliser dans la routine, mais nous ne sommes pas ainsi. Nos heures passées à chercher à comprendre, à nous comprendre, notre volonté de préserver cette belle histoire ont eu raison de tous les pièges, même les plus inattendus. Je crois que nous avons réussi à trouver notre vitesse de croisière, sereine chaque jour, s’emballant au fil des aventures pimentées, tendres, cocasses, quelquefois mais rarement déplaisantes qui ponctuent nos vies. Notre force, c’est notre écoute mutuelle, notre obstination à rester dans le cadre que nous nous sommes fixé et dans lequel nous nous sentons bien.
Vous me le disiez encore le week-end dernier, les relations BDSM sont souvent éphémères, la magie dont elles s’entourent revêtant les Dominateurs de l’habit de Superman et les soumises d’une dévotion confinant à la stupidité ne fait pas long feu : la vie reprend vite sa place et balaie sur son passage les chimères de ces doux rêveurs.
Je pense que nous avons réussi cet étrange paradoxe, de faire vivre en toute harmonie, nos existences d’homme et de femme avec nos natures de Dominant et soumise.

Je vous dois beaucoup, Maître. D’abord de m’avoir permis de m’épanouir en tant que femme, ensuite d’avoir toujours été à mon écoute, confident mais jamais juge, dispensant vos conseils pertinents, supportant héroïquement (le mot n’est pas trop fort…sourire) mes rebellions, mes colères, mes coups de blues avec calme et sagesse, qualités que je vous envie.

J’essaie d’être à la hauteur, même si mon caractère entier me pousse souvent à ne pas être aussi agréable que vous pourriez le souhaiter. Mais je me soigne…Non, vous me soignez et j’espère un jour atteindre l’esprit Zen dont vous vous revendiquez. Il faudra sans doute encore des années, alors, s’il vous plait, Maître, gardez moi encore un peu, mon éducation à encore besoin de vous, j’ai encore besoin de vous…

gyptis, 20 janvier 2010

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009