L'ABCécédaire du BDSM : I

Un abécédaire à quatre mains, celles d’un Dom et d’une soumise, pour échanger quelques pensées sur le sujet…

I comme ... Imaginaire.

soumise :
Quand on se promène sur la toile pour trouver des articles sur l’Imaginaire, on s’aperçoit qu’il est souvent abordé du point de vue artistique : peinture, littérature, cinéma…, vantant ses mérites, source de création.

enchaînée

Quand il s’agit d’Imaginaire personnel, la notion est sensiblement différente. Elle est comprise comme capacité de former et déformer des images, se présente comme moyen d’exploration de possibilités nouvelles et de simulation de mondes possibles. En ce sens, l’Imaginaire est probablement l’une des plus puissantes facultés cognitives de l’être humain. Il est à la fois souhaité et craint, car pouvant être moteur autant que leurre ou source d'illusions.
Ce qui revient généralement, c’est l’idée qu’il peut masquer la réalité, voire la remplacer ou qu’il serait une échappatoire aux difficultés de la « vraie » vie.

Transposé dans le monde BDSM, il est intéressant à analyser.
Combien, en effet, de soumises qui, sensibles aux déclarations flatteuses de certains Doms, se projettent dans un avenir, une histoire idyllique dans laquelle leur imaginaire les amène à se construire virtuellement une relation riche auprès d’un Maître paré de toutes les vertus. La réalité souvent les rattrape et la déception peut avoir des effets ravageurs, hélas.
Mais soyons positif, la capacité à inventer, à rêver est aussi une qualité. C’est sans doute d’ailleurs ce qui donne de la noblesse au BDSM. Créer des situations, improviser pour surprendre, renouveler sans cesse pour ne pas tomber dans la routine… le Maître qui possède ces compétences saura faire vivre sa relation en développant les désirs de sa soumise.
Si de son côté, la soumise est capable de se créer un univers merveilleux, de voir son Maître comme étant l’architecte de ses fantasmes, alors elle pourra vivre pleinement sa condition, où l’esprit joue un rôle si important.

C’est, je crois, ce que nous vivons depuis presque cinq ans. Cela semble même tenir du miracle, tant nous avons vécu de choses ensemble, des évènements heureux ou pas de nos parcours respectifs, tant nous nous connaissons, dans nos forces comme dans nos faiblesses. La magie aurait pu s’épuiser depuis longtemps, mais nous avons, je pense, cette faculté l’un et l’autre de nous transporter dans notre monde à chaque rencontre, et même si nous ne sommes pas en séance en permanence, ce qui constitue le fil conducteur de notre relation, c’est que nous ne sortons jamais de nos conditions : Quoiqu’il arrive, vous êtes mon Maître et je suis votre soumise. Lorsque vous me sentez moins inspirée, vous trouvez toujours la situation qui va me remettre sur les rails, me redonner l’envie. Et comme finalement, je rentre facilement dans votre jeu, cela cultive ce petit grain de folie qui permet à notre histoire de durer, en dépit des aléas de la vie.
Qu’en pensez vous ?

Maître :
En effet la puissance du rêve est déterminante dans notre existence, elle est je crois à rapprocher de l’espérance, sans laquelle la vie nous paraîtrait souvent bien insipide.
C’est bien le l’espérance qui continue de nous faire avancer quand parfois les événements peuvent nous accabler. L’espérance que la vie va demain nous apporter de belles choses, de nouvelles expériences enrichissantes.
Evidemment rêve ou espérance ne trouvent tous deux à s’exprimer qu’à travers l’Imaginaire.
Je partage pleinement ton avis, c’est bien cette capacité mentale à penser autre chose que ce que nous vivons, qui caractérise l’esprit humain. C’est aussi cette capacité unique à se projeter dans un ailleurs que nous créons de toutes pièces qui nous permet d’accepter notre quotidien en l’embellissant chaque fois que nous le trouvons trop banal.
Je ne pense pas que ce soit une fuite devant la réalité, plutôt une esquive en vue de palier aux difficultés.


cachot Cette aptitude bien évidemment se retrouve pleinement dans l’univers BDSM puisque les SM choisissent « d’ échanger des allégories ».
En effet je crois qu’il convient de bien faire la différence entre les « pratiques BDSM » et une relation qui dure.
Dans une relation je pense que la première chose que recherche la soumise, c’est du rêve. Elle attend de son dominant qu’il soit capable de lui inventer tout un univers dont elle sera le personnage central, un peu comme la princesse Leia et son Jedi !
Cet Imaginaire est « LE » composant essentiel d’une relation qui dure, c’est à travers lui que se construisent les mythes qui vont la faire vivre.
Je suis persuadé que si nous n’avions pas choisi tous les deux de créer « notre » petit monde, alors oui probablement serions nous arrivés au terme de notre relation, probablement depuis bien longtemps d’ailleurs.

C’est ici je crois que le rêve rejoint l’espérance, l’espérance de pouvoir continuer longtemps à nourrir ensemble notre Imaginaire commun.

A suivre...

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009