Étapes dans le développement d’un échange de pouvoir érotique

Ce document esquisse les différentes étapes qu’une personne va généralement traverser en développant des pensées et émotions liées à un «échange de pouvoir érotique» (auquel on fait habituellement référence par les termes S&M ou BDSM). Cette théorie des étapes repose sur plusieurs études scientifiques effectuées sur le BDSM ou le sadomasochisme, sur des interviews de personnes impliquées dans le BDSM ainsi des témoignages et discussions du groupe de discussion Internet pour Hommes dominants.
Les différentes étapes sont les suivantes :

Le stade de la révélation, quand l’un évolue, apprend, expérimente, évolue encore, etc.

Pouvoir érotique

Étape 1 : Le stade initial ou la découverte de l’attirance et des pensées

Les émotions et les sensations liées à l’échange de pouvoir érotique sont souvent découvertes très tôt (souvent au stade prépubère), mais elles peuvent également émerger plus tard. Souvent, les gens découvrent ces sensations en eux après avoir traversé une période difficile dans leur vie, comme un divorce. Cela est probablement dû au fait que ce type d’événements induit un regard sur soi-même et sur son environnement. Il est aussi possible que cela soit influencé par le développement général de l’individu et plus particulièrement de sa sexualité.
Ce qui est essentiel à ce niveau est que les sentiments ne sont habituellement pas explicitement dominants ou soumis, mais manifestent un intérêt plus général pour ces tendances.
Les sentiments d’attirance vers la domination ou la soumission peuvent exister ensemble chez la même personne qui prendra par la suite une direction déterminée, sauf pour ceux qui conserveront et entretiendront les deux aspects dans leur personnalité (switch). Au sens strict, personne n’est 100% dominant ou 100% soumis. Ce qui apparaît est plus une tendance à évoluer dans l’une ou l’autre direction, dominant ou soumis. L’importance que cette sensation d’appartenance au côté dominant ou soumis peut varier d’une personne à l’autre. Les causes de cette évolution dans le développement ne sont pas toujours clairement identifiées, il est certain que des aspects comme l’éducation, l’ouverture d’esprit, la créativité, le passé familial et la religion ont une influence. Malheureusement, un passé marqué par des abus sexuels est parfois également un facteur d’influence.
Cette étape est très souvent marquée par une certaine incertitude.

Étape 2 : Le stade de la crainte

L’incertitude et les facteurs sociaux vont habituellement entraîner une peur par rapport à ces sentiments et émotions ce qui peut produire des périodes plus ou moins longues de rejet ce celles-ci. À nouveau, l’enseignement, l’éducation et la religion ont une influence, combinés avec les tabous sociaux, le manque général d’information sur le sujet, une législation restrictive, les préjugés ou stéréotypes et un manque de profondeur dans l’éducation sexuelle.
À ce stade, tant les dominant que les soumis vont avoir l’impression qu’ils sont les seuls à avoir ces idées et ils n’en parleront en aucun cas autour d’eux. Certains se mettront en recherche active d’information, d’autres se cacheront et cultiveront secrètement leurs pensées.
Pour la personne impliquée, ces pensées ne sont pas identifiées comme «mauvaises», mais comme quelque chose de positif et de spécial qui leur est propre. Bien sur, il y a un conflit direct avec les standards sociaux, les aspects légaux et le comportement «politiquement correct». Dans la société moderne, une femme n’est pas supposée être soumise ou faible et celles qui nourrissent des fantasmes de viol, enlèvement, etc... seront souvent perçues par les autres femmes comme un danger. En fait, on peut se demander si cela serait réellement perçu comme tel, mais c’est ainsi que la personne à l’impression qu’elle est vue. D’un autre coté, un homme aura également des craintes d’être considéré comme un monstre ou un sadique.

Étape 3 : «La première marche», celle de l’expérimentation et de la recherche d’information

Même s’ils gardent leurs fantasmes et rêves pour eux, les individus vont alors commencer à expérimenter, souvent sur eux même, en alternant parfois les rôles de dominant et soumis. C’est aussi à ce stade que commence la quête d’information. Le plus souvent, cette information est très fortement liée à leurs fantasmes (par exemple: recherche de livres, récits ou iconographies).
C’est généralement à ce moment que la personne se rend compte que d’autres lui sont semblable. S’il n’est pas encore question de les contacter, la pensée générale est qu’ils doivent être plus nombreux «sinon ils n’écriraient pas ces livres, ces magazines et récits ou ne produiraient ces images, dessins ou vidéos». La découverte d’autres personnes partageant les mêmes pensées est une sorte d’encouragement, mais parfois aussi une source d’appréhension. C’est pour cette raison qu’il faudra un certain temps avant que qui que ce soit prenne l’initiative de rechercher des interlocuteurs et/ou un partenaire.

Étape 4 : La recherche du contact

Logiquement, le stade 3 introduit le 4, où l’un commence activement à rechercher le contact avec d’autres personnes partageant ses pensées ou envies. Si cela se produit au sein d’une relation existante, le plus grand problème pour la personne impliquée est qu’il y a un risque important à prendre car cela peut entraîner une rupture. Il est reconnu que ce risque peut être la cause d’un arrêt du développement et d’un retour vers le maintien secret des pensées.
À ce niveau, certaines personnes peuvent rencontrer un problème de gestion des priorités au sein de leur vie. Trois problèmes de priorités peuvent se présenter:

Ces problèmes de priorités peuvent parfois entraîner désillusions et déceptions, comme par exemple l’impossibilité de trouver un partenaire ou la pratique sans limites en cohabitation avec un partenaire existant ou une épouse. Les femmes soumises sont, à ce stade, très vulnérable par rapport à une relation abusive, et cela à cause d’un risque de magnification de leurs tendances à la soumission.

Pouvoir érotique

Étape 5 : Le stade de la réconciliation, l’acceptation définitive et la compréhension des fantasmes

À ce stade, une grande quantité d’information a déjà été rassemblée, quelques expériences ont été menées à bien et dans certains cas un partenaire ou d’autres interlocuteurs ont été trouvés. La personne impliquée va maintenant comprendre ce qui se passe dans son esprit.
Un point important est que c’est seulement maintenant (et le trajet parcouru au cours des précédentes étapes peut avoir pris plusieurs années) que la reconnaissance par la communauté BDSM va se produire, si l’individu le désire. Il ou elle sera immédiatement identifié comme «novice», alors qu’en fait il ou elle dispose déjà d’une certaine expérience en matière d’émotions d’échange de pouvoir érotique, mais simplement d’un manque d’expériences «publiques».
La désillusion de l’étape 4 fera alors partie de l’apprentissage. La majorité des personnes impliquées dans le BDSM sont passées par plus d’une relation et expérience avant de trouver le bon environnement et/ou le bon partenaire.

Étape 6 : La recherche du partenaire (au sein ou en dehors d’une relation existante)

Il y a peut être bien un partenaire disponible à ce moment, mais il est temps pour celui-ci d’évoluer vers le même niveau d’information et de compréhension et pour les deux personnes d’identifier leurs points communs. Pour les célibataires, il est maintenant temps de panser leurs blessures issues des étapes précédentes et de recommencer leur quête, bien mieux équipés cette fois.

Étape 7 : Le stade de la révélation, quand l’un évolue, apprend, expérimente, évolue encore, etc.

C’est la boucle sans fin, dans laquelle la relation va réellement commencer à s’épanouir par l’expérimentation et l’apprentissage ensemble. C’est le commencement d’une véritable relation dans l’échange de pouvoir érotique.

Quelques remarques générales

Tant le dominant que le soumis traversent toutes les étapes, même si les expériences individuelles peuvent être différentes du canevas présenté. Certains peuvent passer certaines étapes rapidement, tout comme celles-ci peuvent être combinées ou mélangées. Les étapes n’ont habituellement pas de début et de fin clairement définis et le passage de l’une à l’autre ne se marque pas toujours avec évidence. De même, il n’y a pas d’âge spécifique pour développer des pensées d’échange de pouvoir érotique. Cela peut débuter à l’âge de 5 ans comme à 55 ou 60 ans. Les adolescents vont généralement passer par une période d’expérimentation sexuelle. L’échange de pouvoir érotique peut en faire partie, mais ce n’est en aucun cas une indication que cette personne développera des pensées BDSM durant le reste de sa vie. Il n’y a pas de durée établie pour chaque étape. Le processus dans son entièreté pourra souvent prendre quelques années et certaines personnes, en fonction des circonstances et de leurs capacités, traverseront certaines étapes plus vite que d’autres. La quantité d’information ainsi que la facilité et la rapidité d’accès à cette information est vitale pour la rapidité d’évolution du développement. Chaque désillusion ou abus entraînera des conflits et souffrances complémentaires qui demanderont chaque fois plus de temps pour évoluer. Tout le monde ne traverse pas toutes les étapes. Certains cessent leur recherche vers le BDSM et se détournent vers d’autres centres d’intérêts. Parfois c’est la fin du BDSM pour eux, et parfois cela n’est parfois qu’une interruption qui peut durer plusieurs années voire décennies. La crainte ou l’impossibilité momentanée de passer outre certains tabous sociaux en est souvent la cause.

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009