L'école de dressage 1

Mon Maître a écrit un texte.  Une histoire dans laquelle ses fantasmes se mêlent aux miens. Comme un univers que nous pourrions partager tous les deux, une invitation à rêver ensemble...
J'ai choisi de la publier en plusieurs chapîtres, voici le premier épisode.
Toute ressemblance avec des personnages ou des situations ayant existé serait purement fortuite.

Lorsque la voiture s’arrêta au bout de l’allée, diane sut que le moment tant redouté était arrivé.
Ils avaient voyagé sans échanger un mot, lui conduisant, elle allongée sur le siège arrière, tête tournée vers le dossier pour ne rien voir de la route, pieds et poings liés.
Elle était au bord des larmes et son corps tremblait légèrement.
Ce n’était pas l’appréhension de ce qui allait arriver, non c’était bien pire que cela, sentir son Dom là si proche et en même temps si loin dans ses pensées. Lui habituellement si attentif à son bien être, il l’ignorait totalement depuis la veille. Ne lui adressant pas la parole, le visage fermé et sombre, simplement préoccupé de préparer le voyage du lendemain.
Elle avait vainement cherché son regard, quêté son soutien, mais rien n’était venu que la totale indifférence.
Elle avait dormi la nuit dernière sur une couverture dans la cuisine, attachée par sa laisse à un pied de meuble. Pauvre petite chose abandonnée dans le noir.

Ecole de dressage

Elle avait longtemps attendu, les yeux ouverts, refusant de s’assoupir cherchant un bruit venant de la chambre où Il dormait. Il allait venir, Il allait la rassurer, Il allait l’emmener dans la chambre et au moins elle pourrait dormir lovée au pied du lit, bercée et rassurée par le bruit de la respiration de son Maître.
Mais Il n’était pas venu et elle avait fini par sombrer dans un sommeil peuplé d’étrangers froids qui passaient sans la voir. Elle était seule !

Au matin sans un mot il l’avait détachée et emmenée dans la salle de bain. Habituellement Il la lavait tendrement comme le petit être fragile qu’elle devenait entre ses mains.
Rien de tout cela aujourd’hui, sans un mot, sans un geste d’affection il l’avait douchée sans même la toucher, puis conduit dans la chambre où ses vêtements étaient posés.
Puis il l’avait emmenée à la voiture et installée à l’arrière.
La voiture avait démarré, et elle avait laissé son esprit vagabonder.

Elle repensait aux jours écoulés et à son attitude à l’égard de son Maître. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle s’était butée face à ses ordres. Une volonté de s’affirmer ?
Cela n’avait plus guère d’importance maintenant, la badine n’avait rien arrangé. Elle détestait cet instrument : trop froid, trop sec. Il la lui imposait volontairement pour la faire plier.
Ce soir là elle n’avait pas plié mais au contraire avait affronté son regard. Maintenant elle regrettait son geste, non pas à cause des conséquences qu’elle ignorait d’ailleurs encore, mais simplement parce qu’au plus profond d’elle-même, elle détestait contrarier son Maître.
Elle aurait voulu s’excuser, faire amende honorable, tout faire pour chasser l’ombre qu’elle avait vu se dessiner sur le visage de son Dom.

Mais il ne l’écoutait plus et elle s’était retrouvée ainsi couchée sur sa couverture dans cette cuisine si froide.

Il sorti de la voiture, ouvrit la porte arrière et détacha ses pieds, pris sa laisse et la fit descendre. Elle baissa les yeux, soumise maintenant et prête à assumer les conséquences de ses actes.

Ils se dirigèrent en silence vers la porte massive de la maison à laquelle il frappa.

Un homme en uniforme vint leur ouvrir. Ils entrèrent dans une grande pièce vide. Des anneaux étaient fixés au mur, il y attacha diane et disparut derrière l’homme qui leur avait ouvert.

Elle attendit longtemps le retour de son Maître, et lorsqu’elle entendit la porte, elle eut un soupir de soulagement.

Mais ce n’était pas son Maître qui venait de détacher sa laisse, elle le chercha désespérément du regard, soudain paniquée. Il ne pouvait pas la laisser là sans un mot !

Pétrifiée, l’idée traversa son esprit : son Maître venait de l’abandonner là ! Soudain elle ne put retenir ses larmes, perdue loin de Lui, elle senti ses forces l’abandonner…

A suivre...

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009