Soumission et liberté

Liberté, Liberté chérie ! Voilà bien une notion qui accompagne ma vie depuis toujours. Elle a cependant évolué et revêt aujourd'hui un sens bien différent que celui que je lui donnais naguère.
Peut être pensez vous que la liberté est un paradoxe pour une soumise. Je vous affirme que non, qu'au contraire, elle est indispensable à sa construction. Je m'en explique :

liberté

Il faut d'abord pour cela déterminer ce que l'on entend par liberté.

J'ai été élevée dans une famille où ma mère a assuré ma subsistance et mon éducation. Elle le fit à force de volonté et de courage, seule contre tous, fière de s'en sortir sans l'aide de personne. Elle m'a ainsi transmis, sans jamais me le dire, l'idée qu'une femme doit être indépendante et donc libre.

J'ai vécu quarante cinq ans nourrie par ce concept, militant pour l'égalité sociale, féministe luttant contre l'hégémonie des « mâles », travaillant à assurer mon indépendance financière mais consciente d'avoir aussi besoin de l'épaule rassurante d'un homme.

Un événement est venu bouleverser ma vie, me prouvant la justesse de ma philosophie : J'étais capable de m'assumer de façon indépendante : j'avais gagné ma liberté !

Mais cet évènement m'a aussi amenée à me poser d'autres questions . A la liberté des femmes, dont je savais désormais qu'elle était possible, qu'elle mettrait des années à être acceptée par tous et qu'elle passait d'abord par la volonté de chacune d'entre elles à vouloir l'appliquer, s'en substituait une autre, individuelle, celle-là, et sans distinction de sexe.

Qu'est ce qu'était vraiment la liberté ? Vivre de façon indépendante ne suffisait plus. Je cherchais au plus profond de moi une autre forme de liberté. Celle qui devait me conduire à être en conformité avec ce que j'étais vraiment et non à ce que la société attendait de moi.
C'est ainsi que j'ai découvert le BDSM.

Pour une obsédée de l'indépendance comme moi, cela pouvait paraître paradoxal. Je me suis d'ailleurs beaucoup interrogée à ce sujet au début, puis j'ai découvert que laisser s'exprimer mes envies les plus intimes, même si celles-ci pouvaient paraître en contradiction avec ce que je défendais par ailleurs constituait la vraie liberté.

"La liberté, c'est l'homme. Même pour se soumettre, il faut être libre ; pour se donner, il faut être à soi" disait Jules Michelet. Cette phrase traduit bien ce que je pense aujourd'hui:
Ma soumission n'a de sens que parce que je suis libre.

"La liberté, c'est la faculté de choisir ses contraintes", cette citation de Jean-Louis Barrault, je la fais mienne : je 'ai pas choisi mon Maître par hasard. Il correspond à ma vision du Dominateur, non pas celui qui impose ses pensées, mais au contraire qui respecte celles de sa soumise et la pousse à plus de réflexion, à aller au bout de ses convictions.

liberté

Ma liberté d'être humain a désormais pris le pas sur ma liberté de femme , même si je pense que l'une est conditionnée par l'autre. Pour cette raison, je continue de militer pour l'indépendance des femmes, leur liberté de choisir leur vie passant par une égalité des droits, une reconnaissance de leur place dans la société. C'est à cette condition qu'elles pourront décider ce qui est bon pour elles et prendre le chemin qu'elles désirent.
Mais je pense également que cette condition remplie, l'essentiel, pour se sentir réellement libre est de déterminer ses envies profondes et mettre tout en oeuvre pour les satisfaire.
Cela demande de la force parfois, mais il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage, disait Périclès... Comme il avait ! Il est tellement plus facile de se laisser guider par le destin, ne pas faire de choix au prétexte qu'on est libre de rien. Ceux là vous diront : « Je n'ai pas chance !», Ne les écoutez pas, la chance n'a rien à voir là dedans : Seuls nos choix d'hommes libres guident nos vies, en bien ou en mal, car nous pouvons nous tromper, mais ils doivent en tout cas être assumés.
Certains êtres humains préfèrent ne pas s'y confronter par peur de l'échec, d'autres osent se déterminer et choisir leur propre voie. La liberté appartient à ces derniers.

Mais revenons au paradoxe de la soumission source de liberté.

Etre libre, c'est bien se connaître, savoir ce dont on est capable, ce dont on a envie, et pouvoir dépasser ses propres limites pour atteindre ses buts.

Il est bien difficile d'y parvenir seul. Chacun de nous a besoin d'un miroir pour se voir tel qu'il est. Et encore, le miroir ne suffit pas, il faut aussi une énergie, un soutien, un regard objectif pour avancer.
Ce regard là doit être tendre pour nous accepter tel que nous sommes, intelligent, pour analyser nos forces et nos faiblesses, pugnace, pour lutter contre nos réticences, patient pour vaincre nos doutes, opiniâtre pour résister à notre découragement.

Un Maître, un guide, peu importe le nom qu'on lui donne, peut être ce miroir.
A deux conditions : celle (pour le Maître) d'être paré de ces qualités, et celle (pour la soumise) d'être capable de reconnaître ses failles et d'accepter de confier à un autre la mission de les corriger.

C'est un chemin difficile, fait de grandes satisfactions, mais aussi de tâtonnements, de déception, d'incertitude, d'abattement, parfois, et ceci est aussi vrai pour l'un que pour l'autre.
Mais quel bonheur aussi lorsque les choses avancent, que l'on se sent plus fort, plus déterminé, que l'on parvient à faire tomber les murs qui nous empêchent de progresser.

La liberté se construit pas à pas, dans la confiance et l'abnégation. La soumission est une voie, pas la seule, certes, mais celle que j'ai choisie. Elle n'a de sens pour moi qu'accompagnée d' un Maître digne de cette noble charge, et dans la durée.

J'ai trouvé ce Maître. Il ne m'a pas changée fondamentalement, mais il m'a aidé (et m'aide encore aujourd'hui) à me découvrir, à prendre conscience de ce que je suis, de mes qualités, qu'il faut que j'exploite au mieux, de mes défauts, que je dois corriger, de mes faiblesses, que je dois dompter.

Après plus de cinq ans, je continue à apprendre, mais je sais que le regard que je porte sur moi a changé. La soumission m'a rendue plus sûre de moi et me permet désormais de m'affirmer, d'assumer mes envies, de me battre pour mes idées et ma conception de la vie.

Je ne suis pas arrivée au bout du chemin, mais la liberté n'a pas de limite, n'est ce pas ?...

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009