L'anneau

La pose d'un anneau dans une relation BDSM n'est pas un acte anodin. Il est un symbole fort d'engagement, marque du lien qui unit Maître et soumise...

Le Maître de cérémonie a battu le rappel. On m’a posé une cape sur les épaules, j’ai recouvert mon visage d’un masque en dentelle, mon amie k...a rabattu la capuche sur ma tête et j’ai attendu.
Les soumises qui accompagnaient notre petit cortège portaient des bougies rouges dans leur main. J’étais étrangement calme, même si je sentais mon cœur bondir dans ma poitrine.
Nous nous sommes dirigés vers le donjon, mon Maître me traînant en laisse derrière lui. J’avais commencé à entrer dans ma bulle, faisant le vide autour de moi pour pouvoir me concentrer sur l’essentiel. Je n’apercevais plus personne, mais mon regard accrochait parfois celui d’une amie dont le sourire rassurant m’emplissait de bien-être.

piercing lèvre

Je me suis allongée sur la table. Mon Maître me tenait la main, en me souriant tendrement. L’instant était solennel mais pas pesant. Le silence s’était fait, du moins, je n’ai plus rien entendu. J’ai tourné la tête et j’ai vu mon compagnon, qui pourtant m’avait dit ne pas vouloir assister à la scène. Il était là, au premier rang, attentif. Je lui ai tendu la main qu’il a prise dans la sienne, et j’ai fermé les yeux. Quoi de plus beau, de plus émouvant que ces deux hommes réunis autour de moi en ce moment si chargé de symboles.
Je ne me souviens pas de grand-chose. Mon corps était livré aux mains expertes de Maître A…, qui me caressait en me rassurant à chaque étape de cet évènement. Je me souviens juste des yeux de mon amie, le visage penché sur le mien, qui m’encourageait du regard et que je sentais finalement plus inquiète que moi. J’étais surprise du calme intérieur qui m’habitait. Que pouvais-je craindre, finalement ? Les deux hommes qui m’aiment et me protègent étaient à mes côtés, j’acceptais ce marquage comme un signe d’appartenance à mon Maître, je l’avais même appelé de mes vœux, je savais que Maître A... maîtrisait parfaitement son sujet, alors quelle peur aurait pu être la mienne ?
J’ai fermé les yeux au moment du perçage, pour savourer cet instant, en me disant que les seules fois où j’avais souffert pour un homme, c’est le jour où j’avais donné naissance à mes enfants, et j’avais vu alors le bonheur briller dans les yeux de mon compagnon. Cette fois, c’est à mon Maître que j’avais fait ce cadeau, certes moins douloureux, mais l’aurais-je fait pour un autre ?... et dans son regard, j’ai lu toute la tendresse et la fierté que lui inspirait ce moment. J’étais heureuse d’être si bien entourée par les gens que j’aimais, je les remerciais en silence, le sourire aux lèvres.

Cet anneau, qui se balance maintenant au creux de mon intimité, scelle en quelque sorte une union improbable, hors norme. Celle de deux êtres qui ne sont ni époux, ni même amants, mais qui partagent une relation forte d’appartenance et de complicité que seuls les initiés peuvent comprendre et approuver.

Merci à mon compagnon de m’avoir accompagnée dans ma décision,
Merci à mes amis pour la chaleur qu’ils m’ont communiquée par leur présence,
Merci à Maître A… pour sa douceur et son sourire plein de tendresse,
Merci enfin à mon Maître, à qui appartient cet anneau et celle qui la porte, de me donner tant d’occasions de vivre aussi intensément ce pour quoi je suis faite : la soumission…

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009