Pan sur la truffe !

Panthère

Soirée zentaï et petgirl, voilà le thème de notre dernière sortie.
Je ne me suis jamais vraiment intéressée à ces pratiques, si ce n’est le ponyplay, apprécié de mon Maître, mais dont je n’ai aucune expérience. Je ne me sens aucunement animal, même si, au cours d’un stage, j’ai apprécié d’être confinée un moment dans une niche, aménagée il est vrai, avec beaucoup de confort. Mais l’idée d’abaisser un être humain au rang de bestiole, quelle qu’elle soit, me déplait lorsqu’elle est faite en public. Le terme de chienne me fait horreur, à moins qu’il ne soit utilisé dans la plus stricte intimité, ce qui lui donne à mes yeux une autre définition.
J’ai donc participé à cet évènement, déguisée comme pour un carnaval, avec l’envie de m’amuser sans arrière pensée, panthère d’un soir, domptée par mon Maître en tenue de broussard. Nous avons beaucoup ri de cette complicité presque enfantine, Lui armé de son fouet et moi, crachant, griffant et mordant, scène théâtrale, à la fois drôle et sensuelle.
Mais dans la salle, il y avait une vraie petgirl, couchée aux pieds de son Maître, qui dénotait avec l’ambiance festive de la soirée. Elle m’a semblé si sérieuse, si remplie de son rôle que je me suis sentie mal à l’aise, comme à chaque fois que je ne comprends pas. Je ne porte pas de jugement, chacun(e) ayant ses propres fantasmes et les vivant à sa façon, alors je suis allée sur son blog pour en savoir un peu plus.

Voici ce qu’elle écrit : « Ceci explique en grande partie pourquoi je suis devenue la chienne de mon Maitre. Pouvoir sombrer dans le plaisir de l’appartenance. Fini les décisions difficiles à prendre. Terminé de réfléchir.  Je suis sa chienne, je n’ai aucun droit mais comme tout animal de compagnie j’ai aussi aucun devoir, aucune responsabilité. Mon Maitre gère toute ma vie et j’essaye de me montrer suffisamment docile et câline pour qu’Il soit gentil et affectueux à mon égard. »

Il me semble que n’importe quelle soumise peut appartenir à son Maître, sans avoir à se comporter comme un animal, mais il est vrai qu’en général, elle a des devoirs, ce que les petgirls refusent, apparemment.

Elle écrit aussi : « Etre chienne ce n’est pas avoir une existence dégradante : c’est s’abandonner corps et âme à celui qui vous comprend vous câline et s’occupe de vous. Il n‘y a pas d’avilissement et d’humiliation. Peut-on désirer, éprouver du plaisir à humilier la personne que l’on aime? »

Si je comprends bien, le seul but d’une petgirl est de se faire câliner et être prise en charge…

Elle écrit encore : « Je ne suis pas une joueuse; je ne suis pas une comédienne. Je ne suis pas une femme qui cherche juste  à éprouver quelques émotions, quelques sensations en me promenant en laisse à 4 pattes. Non, Mon Maitre essaye de me rapprocher le plus possible de la condition réelle d’un animal domestique. »

Tsss…. porter un jugement sur la façon dont les autres soumises vivent leur soumission… Pas gentil pour les copines, ça !

Elle poursuit plus loin : « Et enfin une chienne à un collier de chien et non un collier d’esclave comme on en trouve dans les boutiques SM. En  effet, comment promener votre animal de compagnie en laisse avec un collier dont l’anneau est situé sur le devant ? »

Collier qu’on va bien entendu acheter dans une animalerie pour « se rapprocher le plus possible de la condition réelle d’un animal domestique », et non sur des sites spécialisés où ils sont vendus à des prix exorbitants ! (A moins qu’il s’agisse d’une chienne de luxe, peut être…)

Un autre paragraphe : « En occident le BDSM est surtout vu que du coté de la sexualité : Une fille que l’on attache que l’on punie et que l’on utilise à sa guise ; mais être petgirl c’est cela bien sur mais c’est aussi beaucoup plus que cela. Mon Maitre est mon guide et, comme un chien je lui dois une fidélité absolue, sans faille, une obéissance totale. Il a tout pouvoir sur moi et dirige ma vie de A à Z. »

C’est bien mal connaître le milieu que d’affirmer que le BDSM se réduit généralement à cette forme de sexualité. La soumission cérébrale n’est pas l’apanage des petgirls, et ce serait faire offense à toutes celles qui pensent que leur Maître est leur guide sans pour autant passer leur vie à quatre pattes !

En résumé, et même si je n’ai aucun à priori sur les pratiques ô combien nombreuses et diverses de mes consoeurs soumises, je trouve navrant que certaines d’entre elles fustigent le mode de fonctionnement des autres.
Il me semble que chacun(e) doit pouvoir vivre son état comme il (elle) le souhaite, l’important étant d’être en harmonie avec soi-même… 

Papatte

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009