Première sortie

Ce texte est le compte-rendu de la première sortie "officielle" d'une soumise...

J’y ai pensé de longs jours avant, pas inquiète, non, intriguée, plutôt, avec cette pointe d’excitation et d’angoisse qui accompagne généralement les premières expériences.  Je me demandais juste comment je pouvais réagir, face à d’autres, dans une situation de soumission, sachant que ma Maîtresse était elle aussi soumise ce jour là, que je connaissais mal son compagnon, Dom de son état lui aussi et devenu le mien depuis peu… C’était en fait un mauvais questionnement, parce qu’à toutes ces interrogations, j’imaginais que j’avais une part de responsabilité : me faire toute petite tant que ma Maîtresse serait « occupée » et me comporter avec son compagnon comme avec n’importe quel autre Dom. Finalement, rien ne s’est passé de cette façon, ma Maîtresse m’ayant prise en charge en tant que soumise, je n’ai eu qu’à la suivre et l’imiter, Monsieur, ayant plaisir à me dominer ne s’en est pas privé, les choses sont simples lorsque les gens sont simples…

Je n’ai eu finalement qu’à me laisser porter par mes envies, ce qui a eu le mérite de faire tomber la pression  très vite, je suis bien dans ce milieu, parce que je suis en phase avec moi-même, parce que je sais ce que je suis, ce que je sais, ce que j’ai à apprendre, et que je découvre un peu plus chaque jour que cette façon de vivre m’équilibre, me rend heureuse…

Dans ce genre d’endroit, on rencontre des gens qui ont le même état d’esprit (ou à peu près !), ce qui rend les choses naturelles, évidentes, même.  J’ai souris un moment en me disant que c’était très drôle de se sentir aussi à l’aise dans un milieu aussi étrange pour d’autres…

C’est sans aucun doute ce qui m’aura le plus marquée dans cette soirée : faire tomber les dernières barrières sociales, culturelles, psychologiques qui faisaient que je me sentais différente, décalée par rapport au monde des humains… ce soir là, j’ai pris conscience que je pouvais vivre ma soumission totalement, sans arrières pensées, sans tabous, qu’elle est partagée par d’autres, dans le plaisir,  et qu’elle n’a rien d’immoral ni de pervers…

corset vinyl

J’ai besoin de ça, elle participe à mon équilibre, elle fait de moi quelqu’un de fort, de sûr, parce que je ne peux pas me mentir à moi-même, je suis obligée de me regarder en face, de m’accepter telle que je suis… je n’ai jamais eu une très haute image de moi, mais ne me suis jamais dévalorisée pour autant, dans ces circonstances très particulières, je n’ai pas le choix : je sais que je suis motivée, pas trop mal physiquement et assez intelligente pour pouvoir analyser ce qui se passe et l’influence que cela peut avoir sur ma vie, ça, c’est le côté positif… mais je sais aussi que je manque d’expérience, que je lutte contre la timidité (si, si, je suis plus timide qu’on ne l’imagine !), que j’ai du mal à plier quand je ne suis pas convaincue, bref, que le chemin va être long avant que je devienne une vraie soumise…

Je suis un peu sortie du sujet, mais je me rends compte que finalement, ce n’est pas la pratique en elle-même qui m’intéresse dans le bdsm : les fessées, les coups de martinet ou de cravache ne sont qu’un support, et le fond m’apporte bien plus que la forme, je ne me mets pas à quatre pattes pour le plaisir de la pose, je le fais pour Elle, et maintenant aussi pour Lui, parce qu’Ils sont comme moi, des cérébraux, et que je perçois qu’Ils reçoivent ce geste comme un geste d’Amour, car il en faut, de l’Amour, pour pouvoir le faire… La différence, c’est que dans le cadre d’une soirée comme celle là, ce geste est fait ostensiblement, et signifie à l’assistance les relations qui peuvent nous unir.  Je ne suis pas sûre que les autres s’en aperçoivent, mais c’est en tout cas ma façon de le vivre, et, j’ose l’espérer, celle de mes Maîtres... Je suis fière de leur appartenir, j’ai envie qu’Ils soient fiers que je sois à eux …

Je profite de ce moment d’introspection pour leur dire que je les remercie d’exister, de prendre soin de moi, de m’aider à me réaliser, je sais par avance que je vais parfois les décevoir, qu’Ils vont attendre beaucoup de moi et que je ne serai pas toujours à la hauteur de leurs envies, mais je tiens à ce qu’Ils sachent que même dans les moments d’erreur ou de doute, je m’efforcerai de les satisfaire, car Ils méritent que je leur rende tout le bonheur qu’Ils m’apportent...

Liens-secrets

"Liens-Secrets", création 2009